À Propos de Marie-Claude Elie-Morin

Salut, moi c’est Marie-Claude

Je suis auteure, chroniqueuse, journaliste indépendante, conceptrice et scénariste en documentaire, rédactrice et créatrice de contenus en tous genres. Oui, ça fait beaucoup de chapeaux à porter. J’aime beaucoup les chapeaux 🙂

Depuis plusieurs années je me spécialise en psychologie et société, avec un intérêt particulier pour le monde de la croissance personnelle, que j’aime explorer avec une bonne dose d’esprit critique et d’humour.

Au fil des ans, j’ai prêté ma plume de journaliste à de nombreuses publications et médias numériques, entre autres le ELLE Québec, La Presse, Coup de pouce, Esquisses, Marketing Magazine et le Courrier International. Je signe toujours la rubrique Mode d’emploi dans le magazine Nouveau projet.

En 2015, j’ai publié La dictature du Bonheur (VLB Éditeur) un essai personnel doublé d’une enquête sur l’industrie de la croissance personnelle et le culte de la pensée positive.

J’en ai tiré une adaptation documentaire pour Télé-Québec en 2016, qui a aussi suscité pas mal de discussions.

Je suis chroniqueuse pour différents médias, où j’aime aller parler de croissance personnelle, psychologie et société, notamment à l’émission Médium Large.

Je donne aussi des conférences au sujet de mon livre, où je pose la question : la recherche du bonheur est-elle en train de nous rendre malheureux ?

Depuis 2017, j’effectue un retour aux études universitaires en psychologie pour approfondir encore mes connaissances sur l’être humain.

Pour en savoir plus sur mes services professionnels cliquez-ici.


Pourquoi Namaste Whatever ?

Dérivé du sanskrit, le mot namaste veut dire « Je salue le divin en toi ». Pour moi, ça fait référence à notre âme, au désir naturel de s’améliorer et de s’épanouir, de vivre de manière plus saine dans son corps et sa tête, de respecter les autres et d’être globalement un meilleur être humain. Et pourquoi whatever ? Parce qu’on s’entend qu’il y a beaucoup de journées où je suis loin d’être zen et que j’ai davantage envie de manger des brownies, habillée en linge mou, que d’aller faire des salutations au soleil.

Je crois qu’on porte tous cette contradiction à l’intérieur de nous. On est tous tiraillés entre la recherche vertueuse du mieux-être d’un côté et nos imperfections, manies, petites névroses et autres « défauts » de l’autre côté.

Pas étonnant qu’on soit bombardés partout de conseils sur comment mieux vivre, être plus heureux, avoir une vie plus satisfaisante. 



Pourquoi Namaste Whatever ? - Marie-Claude Elie-Morin



Pourquoi Namaste Whatever ? - Marie-CLaude Elie-Morin

Mais c’est difficile de s’y retrouver entre la pensée magique, la psychologie, la science, et tous les gourous qui veulent nous vendre des trucs. De plus j’ai constaté au fil du temps que les discours autour du bonheur sont souvent culpabilisants et encouragent une forme de perfectionnisme qui peut devenir aliénant.

Avec Namaste Whatever, je voulais créer un espace sans jugement, empreint d’humour, où les lecteurs pourraient trouver des informations pertinentes au sujet de la santé mentale, de la quête du bonheur et du mieux-être, tout en se reconnaissant dans nos petits travers humains. Regarder de plus près notre quête effrénée de toujours paraitre heureux et remettre en question les mille et une recettes qui nous disent que « le bonheur est un choix ». Et si c’était un peu plus nuancé que ça ? Et si nos émotions « négatives », nos petits fails au quotidien, notre vulnérabilité et nos imperfections étaient justement ce qui rend la vie belle, bordélique, drôle, surprenante, complexe, divertissante, émouvante, difficile par moments et surtout, intéressante ?



Et pourquoi un blogue ?

J’ai crée Namaste Whatever afin d’avoir un espace de liberté et une plateforme créative appelée à se transformer au gré du temps et de mes envies.

Je travaille dans les médias depuis longtemps et j’ai travaillé dans l’ombre sur de nombreux projets télévisuels. J’ai aussi signé beaucoup d’articles dans la presse grand public (ELLE Québec, entre autres) mais toujours avec mon chapeau de journaliste « objective ».

Dans mon essai La dictature du bonheur, j’ai fait le pari de prendre position et de dévoiler certains aspects de ma vie personnelle – notamment au sujet de ma relation compliquée avec mon père, et sur le fait de vivre avec l’infertilité. Je me sentais très vulnérable en faisant cela, mais beaucoup de gens m’ont écrit ou dit que cela les avait beaucoup touchés et fait réfléchir. C’est l’aspect du livre dont on m’a le plus parlé.

Ça m’a donné la piqure d’une écriture plus personnelle – où je peux partager des éléments de mon expérience tout en transmettant du vrai contenu et de l’information pertinente qui pourrait aider les gens.

Vous avez remarqué l’image du cœur qui se fait envahir de fleurs et vous vous dites « c’est quoi, ça » ?

Cette image est inspirée par l’iconographie du cœur sacré qu’on retrouve partout dans le folklore mexicain et qui évoque la compassion pour l’humanité.

En 2015, la même année où j’ai publié mon premier livre, j’ai aussi épousé l’homme que j’aime. Ça se trouve qu’il est d’origine mexicaine, et il me rappelle tous les jours d’avoir le courage de laisser des choses imparfaites fleurir dans mon cœur, et surtout, de les partager. Même si c’est parfois épeurant.

 

Just Say Whatever and Keep Going.